Respecter les balles et l’environnement

Tout joueur doit avoir l’assurance qu’aucun autre joueur ne s’opposera volontairement ou non à la progression de sa balle sur le parcours. De ce principe, il échoit à chaque joueur le devoir de ne pas augmenter le nombre des difficultés – déjà nombreuses! – imaginées et réalisées par les esprits pervers (!) des architectes de golf … et donc d’effacer toutes les traces de son passage. Ces traces, et plus particulièrement les traces comme les « pitches » sur les greens, les divots sur les fairways, ou les traces de chaussures dans le sable des bunkers, constituent de réelles difficultés pour les joueurs suivants.

Leurs balles risquent en effet de reposer sur un mauvais « lie ». Ce mot a deux sens. Dans ce cas, « lie» ne décrit pas l’angle que fait le manche avec le bord inférieur de la face du club, comme on l’a déjà vu, mais l’endroit où repose la balle. On dit d’un « lie» qu’il est bon, lorsque la balle est bien portée par le gazon sous­jacent. Il est mauvais, lorsque la balle est par exemple enfoncée dans le sable d’un bunker, enfouie au milieu du « rough », ou bloquée au fond d’un défaut du terrain provoqué par les traces d’un joueur précédent. Ainsi l’étiquette précise un certain nombre de points:

a) « Avant de quitter un bunker, un joueur doit reboucher avec soin tous les trous faits par lui, dans le bunker ».
On utilise pour ce faire les râteaux qui sont placés à cet effet près des bunkers.
Après les avoir utilisés on les repose de telle sorte que le manche ne risque pas de constituer un obstacle empêchant une prochaine balle d’entrer dans le bunker. Tout le monde a le droit « d’aller à la plage» ! comme l’on dit dans le jargon. Enfin on entre et sort des bunkers par l’arrière afin d’éviter d’en effondrer les bords (lèvres).

b) « Sur le parcours un joueur doit veiller à ce que les touffes de gazon qu’il a coupées ou arrachées soient aussitôt remises en place et nivelées ».

c) Sur les greens: « Le joueur doit veiller à ce que les balles une fois entrées, tout dommage causé au green par la balle ou le joueur, soit réparé soigneusement ».
C’est ce que l’on appelle « relever les pitches ». Le pitch dans ce cas est la trace que laisse la balle en tombant sur le green. A l’aide d’un tee, ou d’un relève pitch, on fait disparaître cette petite excavation ; sans quoi la surface des greens deviendrait rapidement impropre au putting. Pour ces mêmes raisons l’étiquette précise:
« Les joueurs doivent veiller à ce qu’en posant le drapeau sur un green, la surface de ce dernier ne soit pas abîmée et qu’eux-mêmes n’abîment pas le trou en s’en tenant trop près ou en maniant le drapeau. Ce dernier doit être replacé comme il convient dans le trou avant que les joueurs ne quittent le green ». On sera à ce propos attentif à ne pas piétiner le bord des trous, particulièrement fragiles. Dans cet ordre d’idées on s’abstiendra bien entendu, de piétiner les lignes de putt des balles (ligne théorique qui va de la balle au trou). On s’interdira également:
-de poser son sac sur les départs, les greens ou dans les bunkers,
– de faire rouler son chariot sur les départs, les greens, ou dans les bunkers. Il existe des chemins prévus pour faire rouler les chariots;

-de jouer une balle qui repose sur un terrain en réparation.
Enfin, dernier aspect, tout joueur doit être assuré de pouvoir jouer sa balle là où elle est arrivée. Ce qui signifie que pour éviter toutes confusions malencontreuses, chacun a le devoir de mémoriser au départ et d’annoncer, l’inscription qui figure sur sa balle, afin de pouvoir l’identifier avec certitude avant chaque coup, et de ne jouer que sa balle! Aussi, sur le parcours, on ne ramasse jamais une balle, même s’il semble qu’elle ne soit à personne. Elle est toujours à quelqu’un … qui est peut-être en train de venir la chercher, après l’avoir jouée d’un autre trou parfois fort éloigné.

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de